zones_risques

Carte des zones à risques

FAONS: L’article dans Terre et Nature

CHEVREUILS LE TEMPS DES NAISSANCES

La DIANA se préoccupe de la protection des faons de chevreuils, spécialement durant les premières semaines de leur existence, qui coïncident souvent avec les périodes d’ensilage ou de fenaison. A ce moment-là, très souvent tapis dans les champs, les faons sont menacés par les faucheuses rotatives, etc., et, au grand regret des agriculteurs, parfois déchiquetés.

La DIANA souhaite que les agriculteurs lui signalent les endroits critiques, soit ceux où les mises bas ont lieu chaque année, où une femelle a été aperçue régulièrement ces dernières semaines. Elle souhaite également que la date de fauchage de ces parcelles lui soit signalée l’avant-veille, voire la veille, afin qu’elle puisse intervenir préventivement par la pose d’épouvantails, éventuellement d’appareils sonores efficaces (gueulards) ou avec un chien à la longe. Les expériences faites démontrent que ces actions préventives sont très souvent couronnées de succès, à la condition toutefois qu’elles précédent de peu le fauchage.

La DIANA est d’ores et déjà reconnaissante aux agriculteurs soucieux de ce problème. Pour une collaboration, elle les prie de s’adresser aux numéros de téléphones des gardes faune permanents qui transmettront.

Compte rendu de l’assemblée du Sentier 25 3 17

LE RETOUR DU LYNX

Elections au Conseil d’Etat vaudois

A la question : «Considérez-vous que la chasse a sa place dans notre société et en cas d’élection au Conseil d’Etat, y soutiendrez-vous la cause des chasseurs ? », Madame de Quattro et Messieurs Leuba et Nicolet ont répondu positivement.

Quant à M. Broulis, il a déclaré ce qui suit : «Oui, je pense que la chasse a sa place dans notre société et au Conseil d’Etat, je prendrai en considération la cause des chasseurs, en l’examinant au cas par cas, dossier par dossier».

Vu ces réponses, le comité cantonal de la FSVD invite les chasseurs à voter et à faire voter pour les personnes précitées.

C.-H. de Luze

Les connexions interdites

schema

 

 

logo
 
set_table

 

 

Contamination au plomb ou pas

Ecologie la Grande Arnaque

kora_69
Abondance et densité du lynx dans le Sud du Jura 2014 – 2015

Les zones protégées couvrent un cinquième du territoire européen

Les zones protégées couvrent désormais plus de 21% du territoire européen, mais cela reste insuffisant pour garantir la préservation des espèces de la faune et de la flore sauvages et des services écologiques.Plus de 21% du territoire de l’Union Européenne a un statut protégé dans les 39 pays qui travaillent avec l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE). Cependant, seulement 4% des mers contrôlées par les pays de l’Union Européenne sont incluses dans le réseau de zones protégées Natura 2000, d’après un nouveau rapport publié par l’AEE.Une zone protégée peut être toute zone de terre ou d’eau réservée à la conservation de la nature. Il y a 105 000 sites protégés conçus au niveau national dans les pays membres et coopérant de l’AEE, allant d’une taille de 1,3 millions d’hectares pour le parc national de Vatnajokulsthjodgardur en Islande, jusqu’à quelques arbres tels que pour le Kaèja Smreka en Slovénie.

 Le mensonge des écolos

Le grandcharnier

Ordonnance révisée sur la Chasse

L’Ordonnance révisée sur la Chasse va entrer en vigueur au 15 juillet prochain.
Voici un lien pour obtenir un bref résumé.
et l’Ordonnance :
 Les cantons pourront juguler les effectifs de loups, de lynx, de castors et autres ours. Pro Natura dénonce.

Le Conseil fédéral veut faciliter le tir du lynx, du loup et du castor. Il a approuvé mercredi une révision en ce sens de l’ordonnance sur la chasse qui entrera en vigueur le 15 juillet prochain.

Elle permettra également aux cantons de définir des zones de tranquillité pour la faune, où les touristes et les sportifs ne pourront pénétrer que sur des sentiers balisés à certaines périodes de l’année.

Dès le 15 juillet prochain, les cantons « pourront réguler les effectifs de ces espèces protégées lorsqu’elles menacent fortement les infrastructures, causent des dommages importants au bétail ou réduisent exagérément les effectifs de gibier », a annoncé le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC).

Le Livre de chasse

Traité de vénerie écrit de mai 1387 à 1389 par le comte de Foix Gaston III (1331-1391), dit Gaston Phébus

Lien: http://expositions.bnf.fr/phebus/index.htm

Éthique cynégétique et pratique de la chasse

Définition (selon Larousse):

1)      Partie de la philosophie qui étudie les fondements de la morale.

2)      Ensemble des règles de conduite non écrites.

Définition (selon Diana Suisse):

Ensemble de règles d’honneur, de morale et de comportement que chaque chasseur se doit d’adopter et d’observer. Elles confèrent à l’exercice de la chasse son carac­tère de sportivité, de courtoisie et d’humanité.

Il s’agit d’un code d’honneur de la chasse, qui régit ce qu’un chasseur peut ou ne peut pas faire dans l’exercice de son art.

Voilà un bien beau terme que la grande majorité des chasseurs redoute d’employer, ne la maîtrisant pas et pour cause.

Qu’ils se rassurent, car le contraire serait fort étonnant, tant les explications qu’on tente de lui donner sont présentées d’une manière compliquée.

Dans le cadre de cette information pour le futur chasseur, nous allons rester simple et pratique, le but recherché étant de faire comprendre le sens de l’éthique et non les différentes interprétations philosophiques qu’il engendre.

Pour prendre une généralité, nous dirons que l’éthique est la science pratique, qui enseigne comment l’homme peut librement ordonner ses actions suivant la loi de la nature au regard de sa conscience.

A chaque instant, l’homme se trouve en contact direct avec ses semblables, de ces relations, beaucoup sont assujetties à des obligations :

Cependant, les obligations qui résultent de ces exemples ne sont imposés par aucune loi; à les enfreindre, on encourt que les reproches de sa conscience, la désapprobation ou le mépris des autres, éventuellement la mise à l’index, mais jamais une citation en justice.

A la chasse, il en est de même, le chasseur doit observer deux catégories de devoirs :

  1. Ceux qui émanent des règles sanctionnées par le droit, c’est à dire la législation de la chasse.
  2. Ceux dont l’observation est laissée à son libre arbitre, c’est à dire l’éthique, ce qui implique une action de la chasse, fondée sur une parfaite loyauté, un esprit généreux, une correction absolue envers ses collègues, gardes, promeneurs, cavaliers, etc. …. et un respect sacré vis à vis du gibier.

On se rappellera enfin que la chasse ne se pratique pas seulement avec une arme, mais avec sa sagesse, sa générosité, sa réflexion et plus encore en fervent disciple de Saint-Hubert, au plus profond de son âme.

QUELQUES EXEMPLES DE L’ETHIQUE DE LA CHASSE EN GÉNÉRAL

  1. On ne tire pas un lièvre au gîte, de même qu’en terrain découvert on ne tire pas un animal arrêté.
  2. En ce qui concerne la plume, elle est tirée uniquement au vol.
  3. On sera prévenant en forêt avec les promeneurs, les bûcherons, etc. …
  4. Les gardes chasse ne sont pas des ennemis, on se doit de leur faciliter la tâche, ainsi qu’à toute personne ayant une fonction similaire.
  5. Si votre groupe de chasseurs a décidé de se rendre à un endroit précis, même dans le cas ou la décision a été prise de longue date et que vous y trouviez d’autres chasseurs, battez en retraite, il y a assez de place ailleurs.
  6. On respecte le gibier tiré, on ne l’expose pas.
  7. Eviter la cruauté envers les animaux, ainsi que les souffrances.
  8. Bien connaître son arme et pratiquer hors saison de chasse le tir pour acquérir une bonne dextérité.
  9. Nettoyage et contrôle parfait de son arme avant l’utilisation.
  10. Avant de tirer, bien avoir identifié son gibier, afin d’éviter de tirer un gibier protégé et surtout pour éviter un accident.
  11. Respecter impérativement les normes légales de tir, à grenaille 40 ml et à balles 250 ml.
  12. Ne pas tirer un gibier à plume qui piète ou qui est branché.
  13. Savoir gracier un animal lorsque l’on peut lui voir les yeux.
  14. Ne pas tirer sur un tronc d’arbre, pour régler son arme.
  15. Ne pas oublier de sonner la mort d’un gros gibier.
  16. Pour une bécasse tirée, l’éthique veut qu’on lui introduise dans le bec un peu de mousse.
  17. Pour un sanglier, un chevreuil ou un cerf. On peut leur introduire dans la gueule une petite branche d’arbre noble.
  18. Lorsque l’on a tiré un chamois, on peut lui prendre quelques poils sur l’échine, afin de les placer sur son chapeau.
  19. Pour le tir à balle, toujours tirer contre une bute ou en direction de la terre, afin d’éviter que les projectiles blessent quelqu’un par ricochets.
  20. Etre courtois avec les montagnards, les agriculteurs, les gens du cru, les écologistes, ainsi que toutes les autres personnes étrangères à la région.
  21. Eviter d’irriter les gens en garant très mal votre voiture dans un champ qui peut-être une propriété privée ou de labourer un pré en voulant manœuvrer avec votre véhicule.
  22. Respectez les cultures et ne faite pas des dégâts lorsque vous traversez un champ.
  23. Bien traiter son chien tout au long de l’année, ne pas le fatiguer le premier jour de chasse, bien le dresser sans le frapper, sans dureté et sans cruauté.
  24. Saluer les plus vieux, partager le gibier équitablement.