Berne débourse près de quatre millions pour limiter les dégâts

La Confédération dépense quelque trois millions de francs par an pour protéger les troupeaux des grands prédateurs. Un million supplémentaire est dévolu à leur surveillance et aux indemnisations des attaques.

La cohabitation entre l’homme et le loup s’avère parfois compliquée. Pour limiter les dégâts des grands prédateurs, la Confédération débourse près de quatre millions de francs par an.

Quelque trois millions sont mis dans la protection des troupeaux, précise le Conseil fédéral dans sa réponse à une interpellation du député Franz Ruppen (UDC/VS). Les agriculteurs obtiennent environ 70% de l’enveloppe pour l’élevage, l’éducation, la détention et l’emploi de chiens de protection des troupeaux, ainsi que la mise en place de clôtures et d’enclos de nuit.

Près de 20% servent à financer deux services spécialisés, à savoir «Protection technique des troupeaux» et «Chiens de protection des troupeaux», rattachés à l’Association suisse pour le développement de l’agriculture et de l’espace rural. Les 10% restants sont octroyés aux cantons pour les travaux de planification.

Les indemnisations des attaques de loup sont elles prises en charge conjointement par la Confédération et les cantons. Berne assume 80% des coûts, soit 138’000 francs par an. Et le monitoring des grands prédateurs – loup, lynx, ours et chacal doré – représente un coût de 650’000 francs, alors que les analyses génétiques s’élèvent à près de 200’000 francs.

Quinze millions indirectement

Outre ces coûts directs, Berne soutient encore l’estivage des moutons dans près de 800 exploitations d’estivage par une contribution annuelle d’environ 7 millions. Et une contribution d’estivage complémentaire de 8 millions de francs par an est versée aux exploitations à l’année qui font estiver leurs moutons.

Le gouvernement précise toutefois que le pacage de bétail peut avoir des conséquences tant positives que négatives sur la biodiversité. Au-dessous de la limite de la forêt, il contribue au maintien d’alpages ouverts. Au-dessus, le broutage sélectif et la fertilisation accrue par le lisier risquent de nuire à la diversité des espèces.

Un rapport devra par ailleurs être élaboré, en réponse à un postulat de commission, pour déterminer les conséquences de la progression des grands prédateurs en Suisse sur l’exploitation agricole des régions de montagnes. Il est attendu fin 2022.

ATS

By |2021-02-04T18:12:21+02:004 février 2021|Articles de presse|0 Comments