S’il vous plaît, remettons la bécasse au milieu du bois

21.10.2020

La lettre sur la chasse de M. Wenger (10.10) est une suite de contrevérités que je souhaite rectifier. Il affirme que «l’unique raison» ayant permis à la perdrix grise de survivre sur le canton de Genève jusqu’en 2018 est l’abolition de la chasse en 1974. En réalité, elle le doit à l’introduction de couples importés qui a retardé un déclin inéluctable dû à la détérioration de l’habitat.

Il assure que la bécasse des bois «a été décimée en plaine», ignorant que son prélèvement s’effectue pour moitié entre 450 et 1000 mètres. Les suivis de la station ornithologique de Sempach (Vogelwarte) montrent que les nicheuses ont quitté les forêts du Plateau, mais se retrouvent en contrepartie en plus grand nombre en altitude, où les biotopes plus frais et humides leur garantissent des conditions de nidification.

Par ailleurs, la majorité de ces territoires se situe en zone de montagne où la chasse à la bécasse est interdite. Il cite péremptoirement que c’est pour «dissimuler la drastique réduction des populations» que l’ouverture de la chasse a été retardée d’un mois au 15 octobre alors que c’est pour assurer une meilleure protection des reproductrices des Préalpes jusqu’à leur départ en migration.

Les statistiques cantonales confirment un prélèvement annuel stable et modéré d’une centaine d’oiseaux. Pensez-vous sérieusement que les bécassiers souhaitent la disparition de cet oiseau pour lequel ils effectuent annuellement des relevés depuis plus de vingt ans confirmant la bonne tenue des effectifs du canton? Cessez de construire vos souhaits d’interdictions sur de pseudo-vérités et laissez-moi vivre librement ma passion.

BRIGITTE SAVARY, RUEYRES-SAINT-LAURENT

By |2020-10-21T07:59:53+02:0021 octobre 2020|auncun classement|0 Comments